avec le parti. et sa police secrète. qu il est un bolchevik de la vieille souche, donc partisan de la toute a voit pas eu la sagesse de mourir temps, les antagonismes se seraientj :5?. cet égard, et en générol, les managers des secteurs nonemilitaires de la vie sociale ont des intérêts identiques ceux des chefs militaires. armmée comme instrument de la nouvelle classe, se dessine déjà dans la lut te contre la toute puissance. du parti, de sorte qu la mort de Staline. qui devenait le motif pour avancer sur le premier plan antithëse entre le parti et la nouVelle clasfie, ce furent les der; instruments de pouvoir de ces Corps qui se valaient un autre dans le conflit toujours latent. Et ici, la police secrète sà montra trop faible. La lutte ne est pas faite en toute violence;clle a pas été décidée et elle a pas abouti non plus une dictature militaire, bien au contrai re. homme qui lors de la déstalinisation fit pencher la balance, le chef de Armée Rouge, Youkhov, a dû cèder sa place Mnlinoswsli, dont on dit 4 puissance du parti. Et il y a que quelques jours que nous avons appris la démission de Boulganine, et que on a placé un poste où il ne peut pas exercer une grande influence politique. Cet exemple montre le refou enont des chefs militaires, devant faire place ceux qui tolèrent une. p. al. plus grande influence du parti. u Le retour và. ancienne politique (nous expliquerons plus loin pour: quoi nous osons mis retour entre guillenents)fut temporairement rendu nécessaire par les mouvements dans les Etats satellites. Si:Staline a; tant envenimés que le conflit;né après sa mort, aurait pris des formes plus sévères, et aurait provoque une lutte plus violente. a nosphere tait chargée et les tensions se seraient sûrement déchargees avec une résistance plus formidable de la part du parti. Actuellement tout se pas se doucement, ct les évènements en Allemagne de Estqen Hongrie et en. Bologne ont donné au parti le vent en poupe. är Comme nous le savons, antitnèse est manifestée abord dans lest plus hautes instances des nanegers politiques. Que désiraient ces der niers? Ils youlaient une plus grande liberté, pas de menace mortelle sur leur personne, ct la possibilité de servir la politique, la gestion géné rale de Etat. Pour rendre cela possiblepon doit être même de décider librement. Mais cette possibilité, ainsi que le manque de liberte, se pro pagent de haut. en bos, automatiquement, vers les fonctions inférieures. La conception qu une plus grande indépendance des fonctionnaires gérants «w. A. r r. a. pm. si