. 24 La Bureaucratie. r. Dans sa brochure Etat et la Révolution Lénine avertit plusieurs re prises contre le naissance une bureaucratie. Les moyens par lui préconi sés sontzl égslité des salaires et amovibilité directe et immédiate des dirigeants. Jusqu ici dans la littérature socialiste on ne était guère intéressé cette couche privilégiée dans la bourgeoisie. La bureaucratie était con sidèrée comme une sorte appendice peu dangereux du capitalisme, qu un gouvernement socialiste aureit pas beaucoup de peine juguler; Car où se trouvait le vrai pouvoir? Au gouvernenent, est ce pas?
Le développement des dizaines dernières années montré qu il y e quel que chose remettre en question dans cette thèse. Il est vrai que tous les. fils de la direction bourgeoise convergent au gouvernenent, nais il est tout autant vrai que le réseau de la gestion se trouve entre les mains de la bureaucratie. Le gouvernement et la gestion requièrent des qualités différentes. En général, lo gestion administrative est un dédale pour le po liticien, le leader, le gouverneur. Cela applique l Etat et aux grandes entreprises;Tändis qu inversement, le gouvernement est pas un terrain in connu aux hommes de le gestion et de administration. La bureaucratie fait partie de la bourgeoisie, et elle sent et pense comme celle ci. Toutefois, il doit y avoir des intérêts divergents entre cette couche et la classe des propriétaires. La bureaucratie ne fait pas partie de la classe des propriétaires, des possesseurs des moyens de pro duction. Si nous parlons de le bureaucratie, nous envisageons pas ceux qui manient la plume. Ce que nous entendons par là, ce sont les maîtres, les ma nagers, dans le gestion administrative. Le masse du modeste personnel a es plus autorité dans la gestion que ouvrier dans la production. Que beau coup entre eux soient imbus de esprit bureaucratique est aussi normal que ouvrier, et nous tous soyons assujettis au bourgeoisismeQCependant, il y a encore des différences. Généralement ouvrier trouve sa carrière accomplie quand il est un ouvrier quelifié. Peut être, peut il encore deve nir conæremsître, muis est tout. Dcvenir contremaître est lié un certain nombre années expérience. Profondément différente est la condition un comm de bureau. Quend il commence sa carrière, comme petit commis, il voit devant lui une échelle avec beaucoup échelons. ll lui serait épouvantu ble de rester toute sa vie sue le premier échelon. ouvrier parle de son patron;1e commis de ses supérieurs(ou pluriel). Il en a beaucoup et il doit