l. 2o ble vu existence de millions de petites entreprises agricoles.
Nous avons déjà dit que Histoire est une dame cepricieusé. est qu il est en effet indiscutable que la dispersion de la gronde propriété consti tue un pas en arriéré dans le développement vers la grande exploitation egricole, qui comptait environ 50. 000 grcndes fermes une superficie aussi grande que celle de tous les paysans réunis, soit environ 70 millions de déchiàtines(l). Pour cette raison Lénine pensait que la nationalisation des terres doublerait le propriété fonciére de Etat. Mais les bolchéviki avaient pas tenu. compte de la disparition des marchés intérieurs et ex térieurs parce qu1ils ignoraient qu il fallait plus dezterrc au paysan pour Qu il puisse mieux vivre et mieux manger, pour avoir de meilleurs Vêë tements et une meilleure habitetion. Les grands propriétaires fonciers, ain. si que les grands fermiers produisaient pour le marché. Mais la fin de 1917 les paysans rallàient, sans contrôle et sans aide de Etot;s emparer des grondesäpropriétés nobilisires, le marché dispmrut en mémeîtemps. Ce que produisaient les propriétaires fonciers pour le marché fut, pour ainsi dire, mengé par les paysans. I I Les bolchéviki se trouvaient devant une situation qu il avait pas prévu et contre laquelle il avaient pas de remèdes. Leur vue fut proba blement empêchée par la conception selon laquelle Etat devait exécuter là distribution des terres et en déterminer le moment et le rythme. 0n ne comptait pas sur une révolution des paysans;et proprement parler il y avait pes y compter. Le paysan est un individualiste extrême, et pour fai re triompher une révolution il faut qu on se réunisse. est pourquoi les insurrections des citoyens avaient généralement du succès menant des a méliorations et un plus grand pouvoir politique, alors que celles des pay sans aboutissent ordinairement un carnage, des défaites et de nou veaux asservissements. 1énine dit dans le Tome de ses Oeuvres réunies que, ce que Marx écrit sur les petits paysans français, vnut entiérement pour les paysans russes. Il donne le citation du Dix huit Brumeire :l Les petits paysans constituent une masse énorme dont les membres vivent dans des conditions. égales, cependant sans entrer dans des relàtions diverses. Leur maniére de production lesJisole au lieu de les relier mutuellement. isolement est favorisé par les mauvais moyens de communication et par la pauvreté des paysans. Leur lieu de production, le morceau de terre, admet pas la division du tre. I) Déchiatinezenviron hectare.