46 T0 connençait dons un de ces journaux chinois, une rubrique ré gulière, qu il intitulñit Contes du soir dc Jenchnn. Il agis soit de brèves contonplnt ions, dans le style des classiques chi nois, qui pouvni ent paraître avoir rien faire dîns octuali té, mîis dñns lesquelles il cit question des évènctonts du pas sé et des époques de prospérité culturelle de le Chine. En résli té, ce no furent que des onnocdotcs historiques selon leur forme.
Teng To occupait bien sûr de l: Chine de ses jours. Par exemple écrivant sur li période de la dynïstic Ming, ou sur los étîts méri dionïux de ontiquité chinoise, il en ïVïit en réalité la Ré publique Populïirc de Nno Tsé Tung et îu Koung Tchong Tong.
Lorsqu il racontnit le manière de le Bible la pärïbole de lä voie impériüle en le voie du tyran. il se Cirigeïit en effet con tre incertitude soci lu un Chine qui étñit la conséquence de la dictïturc du pïrti. Là, on rencontre chez Tong To, lo plus impor tant et le plus brillïnt do tous les critiques de Mno, dcs traits qui ressemblent dos chOSes qu on pu constñtcr aussi en Russie: une protestation ontre un fanatisme et des persécutions politi ques, pfirccqu ils sont déststreux pour un développement ininter rompu ct harmonieux de le vie socio économique. LA même tendance se manifestait très distinctement aussi dans son Con te du soir de Jentchen du 50 Avril î961. la théorie de la précieuse for servir inconsidérément de ce facteur écono ce du travail o nique précieux dans opinion de Teng T0 est trés nuisible la production. Et. par de telles opinions. Teng To se dis tingue profondément des critiques de la période des Cent Fleurs a Il est. ce que les autres ne sont pas. le porte parole litté roire un groupe. dont intèret immense dans la production est incontestable. Et lorsque Teng To dans son conte du soir du 22 Avril 1962. pose la question. si on peut se reposer sur la connaissance. et dit aux bureaucrates du parti. que quel qu un ne peut faire les choses tout seul. il faut comprendre cela dans le sens. que la classe nouvelle prétend faire en tendre sa voix et veut se faire valoir. veut exprimer sa volon té.
50. Les critiques fidèles au parti ont dit de Wou Han. Liao M0 Tseha et Teng to. qu ils voulaient restaurer le Capitalisme en Chine u