f34 bolchevik. Néanmoins on peut aisément voirla ressemblance de principe entre le décision du Ier Congrès économique de toute la Russie de Mni t918 qu une nationalisation éventuelle des usi nes ne pourrait se produire qu avec le consentement des conseils supérieurs économiques ou le conseil des communes du peuple ou le décret du 17 Mai 1921 qui défendait la confiscation des entreprises en Russie et la mesure Chinoise du Septem bre 1949 défendant aux ouvriers même dans le secteur privé de faire la grève. Le prolétariat russe se servnit de métho des nouvelles. la classe ouvrière en Chine, beaucoup plus faible se contentait de arme classique de la grève, mais dans les deux pays, la législation se dirigeait contre la pratique des ouvriers. Derrière le maSque de le soit disant dictature prolétarienne on découvrnit, en Chine, comme en Russie les traits du cupitcliSne.
54 En Chine comme en Russie, il y avait une contridiction entre ce que le régime bolchevik prétendait être et ce que ce régime était on réalité. Dans les deux pays, cette cons te ation menait une discussion sur lu question syndicïle ans laquelle on évitait avec précaution de dire la vérité.
Quand même les inits pirlcnt un langage assez clair.
En 1952, les syndicats Chinois sont épurée des fonctionnci«
res qui comme on le dit Se laissent trop mener pur lcs ouvriers, qui montrent trop de soins pour leur nivofiu do vie ou tiennent trop leurs droits. On organise des réunions dans lesquelles on ïttsque ceux qui no comprennent pis que des grèves soient permises et nécessaires dans les pays capitîlistes et super flues dans un état socialiste. On lunco une campagne contre lu nonchalance dans le discipline du travail tout comme autrefois en Russie, Trotsky plaidû pour une discipline du truvail essez dure. Celui qui fit le nouveau statut du syndicat général Hou Tchi Tchcn déclîrc. ïl est plus comme autre fois du devoir des sa âic ts de ne cr une lutte sociïle pour la chute du cñgitdlisme. fln1955, on constfltc Tu 7ème Congrès des syndicats chinois que les intérêts directs et égoïstes de le o asse ouvrière doivent être subordonnés l intérêt de