OlK E SOCIE SANS CLASSE Des son origine, le socialisme Iut :i la Iriis theoui et pratique. En fait, il iimteresse pas seulemenL Lbun qui sont tenses be iiericicr de la transformatiun du eiipitulisnic en socialisme. Préoccupé une société sans classes. et de la fin de tout conflit SOClîll, et attirant des intelligences de toutes les couches de lu societe. le socialisme prouve par avance lu possibilité de sa réalisation. Encore Jeune étudiant, en setences naturelles, et se spécialisant en astronomie, Fannekoek entra au Parti ouvrier social démocrate de Hollande ct se trouva immédiatement son aile giiucne iiux cotes de Herman Gorter et Frank van der Goes, Sous influence rie son fondateur non marxiste.
Domela Nieuwenhuis, ce parti fut plus combatif äue les organisations strictement marxistes au sein e la Seconde Internationale. Il prit une posnien essentiellement antimilitnrlste et Domela Nieu wenhuis lit campagne pour emplm de la grève gènerale pour prévenir la guerre Il ne put li miv ver de majorité, et il uperçut très tôt qu a intérieur de Interxiatioiiale, on se (firigeait vers la cullahuratmn de classes. Il opposa l exclu sion des anarchistes de Intemationale, et son expérience de membre du Parlement lui lit rejeter le parlemenlnnsrrie comme arme de e manmpatioii sociale. Les tendances. anarehosyndicalistes. dont il etait le représentant leiSÈi eni. ûl gfllilv sation. Un nouveau Parti Socialiste en sortit, plus pres du (r modèle. de la social démocratie allemande, Cependant, idéologie radicale de ancien Parti iniliiexiç les traditions du mouvement socialiste hoiloridai Ce radicalisme traditionnel trouva son expression dans le nouvel organe mensuel du Parti. De Nieuwe Tijd particulièrement dans les wntrir riiitiuns de Gnrter et de Faniielroelr. qui combat tirent opportunisme croissant des dirigeants titi ll ll. En TQGB, aile gauche autour tle Gorter fut expulsée, et ce groupe osiiiua une nouvelle orgue iiisatioii le i( parti soc ril de mocrute ii. Panne kuek se trouvait alors en Allemagne, il enseignait dans les écoles du Piirti souiiilrde moeraie flllenl dnfl et ecri pour ses puhiicntinnx théoriques et piiur differen autre. journaux, comme par exemple la. Bn iner Bürgerzellilng. 1l associe la nou velle nigaiiisation de Gorter. laquelle devint plus tard, sous lii dlrE Cthli de van Revesteyn, Wijnkoop et Ceinn, le Parti communiste oriente vers Moscou.
Bien que fidèle a la tradition du il socialisme libertaize i) de Domela Nieuwcnhiiis, opposition (le Fannekoek au réformisme et au révisionnisme social democrate était inspiration marxiste; elle se dressait contre le marxisme officiel dans ses deux formes, orthodoxe et réviswnniste. Duris sa tari ne orthodoxe, le iiiiirxisme servait (l idéolonie pour niusquer une pratique non marxiste; dans sa roi me reviSionniste, il ruinait la fois la théorie et la pratique marxistes. Mais 1a défense du marxisme par Fannekuek était pas celle tl uii doctrinaire, mieux qiie quiconque il reconnut que le, marxisme était pas un dogme, mais une méthode de pensée appliquant aux problèmes sociaux duns li. proc sus réel de la transformation sociale, La théorie marxiste, dans certains aspects, était pas seulement dépassée par le marxisme lui même, irinis certaines de ses thèses.
issues de conditions déterminées, devaient perdre leur validité lorsque les conditions changeraient.
La première guerre mondiale ramena Panne koek en Hollande, Avant la guerre. il avait été ricü! Brême, en liii son avec Radek, Paul Pro llcli et Johann Kiiier. Ce groupe radienl, de communistes internationaux se fondit plus tard avec le Spartakus Bund. posant ainsi les fonde ments du Parti communiste Allemagne. Des groupes opposés le guerre trouvèrent en Alliamagne leurs chers en Karl Liebknecht, Rosa Luxernboure et Franz Mehring. En Hollande, cette oppoSition se groupa autour de Herman Gur ter. Anton Pannel roek et Henriette Roland Holst. Zimmerwald et Klenthal. ces groupes se joignirent Lènine et ses compagnons pour condamner la guerre impérialiste. et préconisèrent des actions prolétariennes aussi bien pour la paix que pour la révolution. La révolution russe de 1917, saluée comme le début possible un mou l