. terrestres était nullement le repos mais qu ils restaient en mouvement ils ét ient soumis aucune force antago nique Germe le frottement. Ses observations la longue vue démontrèrent expérimentalement que les corps célestes taient de même nature que la terre. Les observations et les expériences de Gelilée ont plus fait pour stimuler le développement des sciences que les constructions hilosophiques. Ceci résultait non seulement de ce que Galilïc proposait la bourgeoisie naissante une nouvelle compré hension nhilosophique, mais surtout de ce que vour la première is apparaissait une nouvelle méthode scientifique. une certaine manière on peut considérer epport de Ga liléc comme une synthèse entre les méthodes expérimenta les des alchimistes et la philosophie de esprit bour geois.
Ceci ne se produisit pas par hazard. Galilée vivait en Italie aux environs de 1600. Au fond le lutte de la bourgeoisie contre les féodaux était terminée. La bourge oisie pouvait commencer édifier son propre système de production et, en partie, briser déjà les entraves du système des corporations. Le temps de la ÏubOlliOn, de la lutte idéologique, des grands idéaux, était en fait passée. Maintenant venait le temps du bon sens, la pério de de organisation écon omique. Il ne ag, sait plus de proclauer qu une amélioration dévait être posSible, que ordre bourgeois, par opposition celui de Eglise, était un ordre naturel, il agissait de construire réel lement ce nouvçl ordre mondial. Dès lors, la science ne pouvait que quitter définitivement le giron de la philo sop hie pour entrer dans le domaine de investigation, dans celui de la maitrise des forces de la nature. Pro gressivement, les spéculations sur ordre naturel du sonde perdaient tout sens et étude des événements ter restres devenait de plus on plus importante. Galilée est la charnière des deux époques. Comme Kepler il employait les méthodes spéculatives et expérimentales, ramenant les phènonènes cosmiques et terrestres u même unité. Il étudia la chute des corps et le pendule. Ses successeurs Newton et Huygens se Servirent de ses résultats pour don ner la science se forme moderne et la doter une grande partie de ses fondements. Ainsi oeuvre de Galiléc représente la naissance de la science bourgeoise.
IV. LA SCISËÇE Aq ÊQR ICË E LA ÎAODUCTIO; Ce que on considîruit comme science au ïoyen Ase, est dire alchimie et astrologie, était que Spé culation métaphysique sans relation avec la production sociale. Il ne pouvait en être autrement puiSque les dé couvertes des alchimistes et astrologues y avaient au cun emploi. est pourquoi cette pré indue science était stérile et ne nuvait se développer. Il y avait en