, Iñenatdugdéveloppement des forces productives. Lorsque celles ci accroissent Vq ue les intérêts des consommateurs, où les producteurs auraient bat individu a fie moins en moins de possibilités de occuper affai bases de nouveaux rapports, de nouvelles conceptions de vie. Le prolétaire, dans le travail en commun, perd de vue la poursuite de buts petits bourgeois et se tourne vers la mise en actes de la transformation socialiste. Au sein de la grosse entreprise se construit, dans la vie quotidienne, la nouvelle démocratie, la coopération socialiste, les relations humaines nécessaires. Ces forces sont déjà l oeuvre dans la société bourgeoise; il faut qu elles viennent la conscience du prolétariat. Le marxisme est une méthode de prise. de conscience. Il enseigne que instaüattm de. la mîê fiëmmatieentraîne destruction. de la différence en tre la. vie riyéel lejcwla vie politique. est diré qüëfimëñe îôñôñtïë le caïaîïtere politique des îélätîôîîs ïï ivc emies relations entre hommes et fem.
mes, adultes et enfants ne sont pas véritablement des relations prive es. La so Cie té de classes est basée sur une culture masculine, une domination des adultes.
le rôle du mouvement est donc tout tracé. Tout mouvement qui ne intéresse qu l homme politique reste au sein de la conception bourgeoise.
Le socialiste qui ne recherche pas la destruction des rapports autori l taires dans les relations sexuelles, pédagogiques et autres relations privées soutient ordre social existant.
Pour Otto Ruhle, le marxisme est le début de la science de homme so Cialisé, qui ne peut étudier un phénomène sans le cvoir en relation avec la tota lité. Conception politique et praxis doivent se correspondre et étendre la. totalité des relations humaines. LA CONCEPTION SOCIALISTE DE LA LIBERTÉ Le marxisme englobe la totalité des relations sociales, est dire que doivent y apparaître non seulement analyse, la critique et activité politique. mais encore le but a atteùndre. Ce but est libérer homme de son esclavage économique, sauter du règne de la nécessité au règne de la liberté.
Quand homme aura été modelé par les conditions, il faudra rendre les Fconditions humaine Mais pour que ces conditions humanisent, il faut les soumettreh à la. raison. est pourquoi, pas plus la planification que la direction des ac a. tivités économiques ne peuvent étre considérées en soi comme une humanisation des conditi onsLPas plus, en tout cas, que le développement de la technique ou. du commence. La. planification est qu une technique nécessaire un certain moéhomément, il est plus possible de les laisser aller leur guise sans met tre endangcr existence même de la classe dominante. où idée Ide direction de économie, de planification qui jusqu alors passait pour une chamere soclae lister. Dans WeltkriseL Weltviende Otto Ruhle prévoyait avalanch de vîlplÿs SÈÀdestinésflà réguler économie, ais. cesplana servent en fait des iaterets bien. définis; les producteursHn y entrent que comme obarets, comme machines a produire. I Pourtantfpendant une breve perio de qui suivit la première guerre mondiale, les. u p hommes avaient pu concevoir un ordre socialiste ou état aurait plus serva. i leurs asso ciations coopératives libres. Au lieu de cela, sont venus les plans, avec comme. résultat de rendre les hommes enco re plus esclaves, aggraver les conditions. l A itionnellés ui en résulte Avec la disparition des institutionslocalos trad regaigénéraîes.