IV. HOMME DE LA PÉRIODE DE TRANSITION Derrière les lois naturelles de économie se trouvent en réalité les rapports humains. CeuX ci peuvent se modifier, les lois éternelles de a économie peuvent disparaître. v Dans la société caritaliste existe ce que Narx appelle le fétichisme de la marchandise. La marchandise prend, pour ainsi cire, une existence indépendante de homme. Cf. par exemple le langage de la bourse qui prête aux choses un comportement humain. les pétroles résistent, le cuivre se déve loppe, le charbon fléchit, etc. est seulement un rapport social déterminé A des hommes entre eux qui revêt ici, pour eux, la forme fantastique un rapport de choses entre elles. Farx, Capitalj ï, Pour nodifier ce rapport de cho ses homme doit abord Su moiifier luiumême et cstte moñification ne peut se faire que par la praxis révolutionnaires La théorie est la conscience de cette.
praxis. Chaque époque a son style de vie, ses types de rapports humains par ticuliers, ses propres formes caractérièlles. Il y:a ras de lois éternelles 1 de la nature humaine. Mais il ne suffit pas de dénoncor le caractère fétichis te de la marchandise, le causalité biologique étroite, le rôle néfaste de i géologie sociale, pour voir iisparaître tous ces comportements. Ce est qu en certaines circonstances privilégiées que les hommes, saisis. fle pour, dominés par leur sentiment insécurité, peuvent changer leurs conceptions.
T( appartenance de homme une organisation est àéterminée par sa p051tîon sociale et par ses intérêts. Dans cette appartenance affirment les qualités moyennes, le style de vie dominant. Les organisations ont du succès. a lorsqu elles associent ce style de vie, y subordonnent leur Praxis, et à exploitent. Un mouvement qui se fixe comme but la coopération volontaire et l auto détermination sociale doit nécessairement au style de Vie, aux rapports sociaux, aux réactions typiques de humanité. intelligence, la raison peuvent très bien rester insuffisantes dans cette lutte, action incdnsciente du mode de vie subsiste. La tourbillonnante Praxis exige en plus un nouveau savoir,. une nouvelle signification. homme de la période de transition doit développer des qualitésantiutoritairesrpuiSque ll uÎoritéhest la base même des relations humaines flans in siciïté le classes CË ahsence autoritô la base de la coopération. Avec 5 le développement de la vie sociale et des formes ce production socialistes de; vræ coïncider apparition une unité de pensée et action, de morale et de conduite, correspondante. Sang, Sueur et larmes furent les outils néceSSaires pour faire entrer. homme dans la discipline de usine et du salariat. Cette entrce ne pouvait se faire sans un changement de idéologie. Cf Max Weber. Le capitalisme avait besoin une glorification de appât. âu gain. On peut dire que le marxisme devra jouer un rôle analogue dans la périofle de transition, mais il demeurera une différence essentielle en ce qu il veut développer la conscience; Le bourgeois est homme isolé. Il est libéré des lois ñe enf. tr aide pdur pouvoir fixer ses propres buts. Pour Iutter contre lfinsecurite, il prône la force de intelligence. Le maniement systématique de la raison, utilisation un intellect aiguisé deviennent des moyens predominants typi ques pour assurer sa sécurité dans la société. Fuhle. Kultur und Sittenges chichte. La prospérité individuelle, qui résulte du travail individuel, est expression du règne de la sécurité. Mais cette s(curité est qu illusion. Les masses y ont pas accès et les crises économiques, irruption de forces naturele les incoerciblcs, réduisent néant les efforts individuels. De nouveaux senti ùm.